Historique du Groupe

Le groupe Jayme da Costa est né lors de la création de l’entreprise Jayme da Costa – Mecânica e Electricidade S.A. (devenue entretemps une société), fondée en 1916, par Artur Augusto dos Santos, Joaquim Mendes da Costa et Artur Martins Nogueira, et qui portait alors le nom de “Santos, Costa & Nogueira, Lda.”. Cette entreprise était située Rua dos Correeiros, nº 14 – 20, à Lisbonne, et son activité consistait dans la fabrication et vente d’équipement électrique de basse et moyenne tension, de moteurs et autres équipements industriels. 
Le 3 Avril 1916, Jayme da Costa, qui aura un rôle prépondérant dans le développement de  la société, devient associé. Le 6 Juillet 1918, le nom de la Société devient “Jayme da Costa, Limitada”.
Le 12 Août 1921, suite à la croissance de l’activité, une société est créée à Porto, Rua Trinta e Um de Janeiro, nº 110, appelée “Jayme da Costa & Companhia, Limitada”, ayant pour associé majoritaire la société “Jayme da Costa, Limitada”. Le 15 Août 1927, la société participée de Porto – “Jayme da Costa & Companhia, Limitada” – est incorporée à la maison mère.
Le 28 Août 1972, la “Jayme da Costa, Limitada” est transformée en société anonyme, adoptant le nom qui se maintient jusqu’à aujourd’hui – “Jayme da Costa – Mecânica e Electricidade, SA” –.

Très tôt la société s’impose dans le marché par la qualité de ses produits et de ses solutions, et devient un des principaux fournisseurs dans l’électrification du Portugal. On trouve ses équipements dans tout le pays.
La qualité de ses ressources humaines fut un facteur prépondérant dans la croissance et l’expansion de l’entreprise. Certains manuels d’installation, d’opération et de maintenance des équipements et moteurs électriques, développés par la Société, étaient utilisés dans la Faculté d’Ingénierie de l’Université de Porto.
Jusqu’à l’indépendance des provinces portugaises d’outre-mer, la Société possédait des usines en Angola et au Mozambique.
Après la révolution d’Avril 1974, la chute du régime et la démocratisation, et ceci malgré l’instabilité sociale, inhérente à ce genre de processus, la Société a pu maintenir sa stratégie de développement. Elle était toujours un des fournisseurs les plus importants des compagnies nationales d’électricité, groupées aujourd’hui sous la dénomination de EDP – Energias de Portugal.
Cependant, pendant la première moitié des années 80, la situation économique du Portugal était assez grave. Certaines corrections ont été nécessaires, et même l’intervention du Fonds Monétaire International, ce qui imposa des politiques très restrictives au niveau des finances publiques, et au niveau des revenus disponibles des familles.
A ce moment-là la Société entra dans un processus de chute du chiffre d’affaires et de la rentabilité. Jusqu’à fin 1988, la Société accumula des pertes, dues à une structure inadéquate par rapport aux activités, et des dettes, vis-à-vis des travailleurs, des fournisseurs, des banques, de la sécurité sociale et de l’État.

En 1989, le capital de la Société fut vendu à un groupe d’investisseurs qui, face aux perspectives de développement de l’économie portugaise et aux biens immatériels de la Société, pensait qu’il était possible de récupérer l’entreprise. On changea la Direction et un certain nombre de mesures furent prises afin d’adapter la structure de l’entreprise aux nécessités, tant au niveau des ressources humaines, qu’au niveau des usines, des installations commerciales et administratives.
On renégocia le passif de l’entreprise, qui est aujourd’hui complètement soldé. Certains immeubles furent donnés en payement de financements bancaires. L’activité industrielle fut concentrée dans un seul immeuble, l’actuel siège social à Grijó, Vila Nova de Gaia. On garda un bureau de représentation commerciale à Lisboa.
On reprit la relation avec l’EDP – Energias de Portugal, qui était à ce moment-là le principal client. On introduisit des améliorations des produits, afin de mieux s’adapter aux besoins du marché. Certains produits furent abandonnés. On débuta un processus de certification de toute la gamme de produits, d’après les normes électrotechniques internationales et les normes nationales définies par l’EDP. De nos jours, toute la gamme de produits est certifiée.
On investit dans la prestation de services, particulièrement dans les domaines où la Société avait, pendant des années, accumulé un grand savoir-faire. Exemple de cela est l’investissement dans les énergies renouvelables. En effet, la société est à présent le plus grand installateur national de petites centrales hydroélectriques (micro et mini centrales) et l’un des plus importants installateurs de parcs éoliens.
En 1995, la société obtint la certification de qualité, d’après la norme EN NP ISO 9002, et fut l’une des premières entreprises du secteur à l’avoir obtenue. En 1998 elle obtint la certification d’après la norme NP EN ISO 9001 et la certification environnementale d’après la norme NP EN ISO 14001.
Entre 1989 et 1996, le chiffre d’affaires de la Société augmenta à un taux moyen de 16% par an. Vers la fin 1996, face à quelques fragilités de l’entreprise, on envisagea une opportunité de croissance par des acquisitions. En Mai 1997 on acheta 100% du capital social de la société MARPE – Construções e Instalações Técnicas, SA (MARPE).
La MARPE, qui avait un chiffre d’affaires et une dimension semblables à ceux de la Société, déployait son activité dans des secteurs complémentaires et en pleine croissance, dont les secteurs de l’installation de gaz naturel (réseaux primaires, secondaires et tertiaires) e environnement (stations de traitement des eaux résiduelles).
D’autre part, il y avait aussi une complémentarité géographique. Les installations de la MARPE se situaient au sud du Tage, là où la Société, n’ayant pas d’installations, éprouvait quelques difficultés. La MARPE, de son côté, bénéficierait des installations de la Société qui se situaient au Nord du Portugal.

Au cours des années qui suivirent la Société acheta des participations majoritaires dans bon nombre de sociétés, dans des domaines d’activité complémentaires, là où il y avait de bonnes perspectives de croissance. Les sociétés qui furent achetés ou créées sont :

2000
Enerluz – Representações e Equipamentos, Lda.
Ormazabal & Jayme da Costa, SA


2004
Sociedade de Desenvolvimento da Quinta da Achada, SA


Ces sociétés bénéficièrent d’infrastructures et équipements, ainsi que de certains services de la Société, notamment :
– Gestion financière;
– Comptabilité générale et analytique;
– Ressources humaines;
– Services administratifs;
– Informatique;
– Garantie de qualité;
– Logistique et entrepôt; et
– Département juridique.

En conséquence de cette stratégie d’expansion, à la fin 2007 environ 60% du chiffre d’affaires consolidé venait des participées de la Société. L’importance croissante des participées et les exigences de coordination et articulation entre les différentes sociétés, en réponse aux potentielles synergies commerciales, par exemple dans l’offre de services et équipements intégrés, menèrent à l’adoption d’un nouveau modèle d’organisation et de gestion.
En Décembre2007 on mis en place une opération de scission simple, et les participations dans les sociétés citées ci-dessus servirent à constituer une nouvelle société, Jayme da Costa – Sociedade Gestora de Participações Sociais S.A. – dont les associés furent les actionnaires de la Société. Son seul objet était la gestion des participations sociales.
Dans le contexte macro- et micro-économique du moment, où la concurrence et la pression sur les prix de vente étaient grandes, il était d’autant plus important d’avoir des produits et des services différenciés et, simultanément, une bonne efficacité opérationnelle. On espérait que la scission permette de créer des produits et des services différents, grâce à une meilleure articulation commerciale entre les différentes entreprises, notamment par l’offre de services et équipements intégrés qui puissent répondre, de manière plus  intégrée, aux besoins du marché, ainsi que par l’obtention d’une dimension critique qui permette de développer une stratégie d’internationalisation – qui ne pouvait être envisagée que par l’ensemble des différentes sociétés.
Quant à l’efficacité opérationnelle, elle adviendrait d’un plus grand partage de ressources communes aux différentes entreprises, qui pourrait produire une économie d’échelle, la normalisation des procédés, et des synergies financières, utiles dans la négociation et l’obtention de financements, par exemple.
Finalement, on espérait que cette opération de scission simple permette d’obtenir encore plus de transparence dans les résultats et une performance accrue dans les différents domaines d’activité. Le but principal  pour une gestion par objectifs, qui soit fondée sur le mérite et qui permette de détecter plus efficacement les problèmes.
Après cette opération de scission, le groupe Jayme da Costa continua sa stratégie d’expansion et internationalisation par la constitution de deux autres filiales. En Mai 2008 fut constituée l’entreprise Jayme da Costa – Engenharia e Sistemas Lda, ayant siège à Luanda – Angola. En Avril 2009 fut constituée la société Jayme da Costa Energie SARL Unipersonnelle, ayant siège à Paris.

Actuellement le Groupe Jayme da Costa déploie ses activités dans les domaines et les entreprises suivantes

Jayme da CostaMecânica e Electricidade, SA (Jayme da Costa – ME)
Energia e Instalações Eléctricas (EIE), projet, dessin et montage d’installations électriques jusqu’à 72,5 kV, notamment de centrales hydroélectriques, cogénération, parcs éoliens, sous-stations, postes de transformation et installations  industrielles;
Aparelhagem e Equipamento (AE), conception, fabrication et vente d’appareils de moyenne et basse tension

Marpe– Construções e Instalações Técnicas, SA (Marpe)
Instalações Técnicas Especiais (ITE), projet, dessin et montage d’installations techniques spéciales, notamment des montages électriques et mécaniques, instrumentation, télécommunications, maintenance et réparations;
Infra-estruturas Gerais (IG), infrastructures urbaines et rurales, notamment réseaux électriques, tuyauterie, conduits, réparations extérieures, terrassement, communications, réseaux de gaz, etc.

Enerluz Representações e Equipamentos, Lda. (Enerluz)
Montage et vente de cabinets de distribution d’énergie, et de télécommunications à utilisation urbaine.

MCV– Marpe Cabo Verde, SA (MCV)
Déploie les activités du Groupe Jayme da Costa au Cap Vert, notamment des travaux d’infrastructures et construction civile;

Jayme da Costa Engenharia & Sistemas Lda (Jayme da Costa Angola)
Déploie les activités du Groupe Jayme da Costa en Angola, notamment l’élaboration de projets, dessin et montage d’installations électriques, mécaniques, et autres installations techniques spéciales, conception, fabrication et vente d’appareils de moyenne et basse tension, création d’infrastructures urbaines et rurales, notamment réseaux électriques, eaux et assainissement, réparations extérieures, terrassement, communications, réseaux de gaz et construction civile.

Jayme da CostaEnergie SARL Unipersonnelle (Jayme da Costa França)
Déploie les activités du Groupe Jayme da Costa en France dans le domaine des énergies renouvelables, notamment photovoltaïque et éolienne.